Quelle est l’histoire du stade Bollaert-Delelis ?

Le stade Bollaert-Delelis est un lieu chargé d’histoire, tout autant que le club qu’il accueille tout au long de l’année : le Racing Club de Lens. Construit entre 1932 et 1933, il a traversé les époques et attire toujours autant, que ce soit pour la qualité des matchs des Sang et Or ou pour l’ambiance incomparable qui y règne.

Le stade des mineurs

On ne peut parler du stade Bollaert-Delelis sans évoquer le passé de la ville, intimement lié aux mineurs. Le RC Lens, né au début du 20ème siècle, a largement contribué à l’essor du sport dans la région. Le club a rapidement été supporté par la Compagnie des mines de Lens qui sera à l’origine de la construction du stade, et plus particulièrement à l’initiative de Félix Bollaert.

Président du conseil d’administration de la Compagnie, il était très sensible aux préoccupations sociales des mineurs et des habitants. Son nom a ainsi été donné au stade quelques mois après sa disparition en 1936. Si l’activité minière a décliné à partir de 1960, le stade a conservé l’esprit fraternel et populaire des premiers jours, et l’ambiance y est toujours aussi fantastique.

Les différentes versions du stade Bollaert-Delelis

Entre son inauguration en 1933 et sa version actuelle, le stade a eu plusieurs visages, et plus particulièrement au niveau de ses tribunes. Lors de son inauguration, elles étaient très sommaires, puis le stade s’est peu à peu étoffé afin de pouvoir accueillir les matchs de coupes d’Europe.

Ainsi apparaîtront les tribunes Henri Trannin (1977, en remplacement du virage ouest) et Elie Delacourt (1984) qui s’ajoutent aux tribunes rénovées Max Lepagnot et Tony Marek – Xercès Louis (1978 à la place des Secondes). Elles permettent au stade d’avoir cette configuration « à l’anglaise » qu’on lui connaît aujourd’hui.

Le stade a par la suite connu de nombreuses rénovations afin de pouvoir recevoir les matchs de l’Euro en 1984 et 2016 ou ceux de la Coupe du Monde en 1998.

En 2012, le nom du stade a été modifié avec l’ajout de Delelis après la disparition de cet ancien maire de Lens qui avait assuré le sauvetage du stade lorsque les houillères n’avaient plus les moyens de le financer.

Les grands événements au stade Bollaert-Delelis

Dans sa configuration actuelle, le stade peut accueillir plus de 38000 personnes. Il est ainsi régulièrement retenu pour accueillir des compétitions sportives internationales.

Le RC Lens a joué plusieurs rencontres de Coupes d’Europe dont un match d’anthologie contre la Lazio en 1977 (le fameux 6-0 avec le triplé de Didier Six), puis deux belles campagnes européennes au début des années 2000, avec notamment des matchs mythiques en 2000 contre Arsenal (demi-finale de la Coupe UEFA) et en 2002 contre le Milan AC (phase de poules de la Ligue des Champions).

En 1984, le stade accueille son premier Euro (qui sera remporté par la France) avec deux rencontres programmées, puis quatre autres pour l’édition 2016 de la compétition.

Bollaert-Delelis a de plus connu la coupe du Monde en 1998 avec 6 matchs dont le huitième de finale France – Paraguay et le fantastique but en or de Laurent Blanc au bout du suspens. 

Mais le stade sert aussi pour d’autres événements comme les coupes du monde de rugby en 1999 puis en 2007, ou pour des concerts dont celui de Johnny Hallyday en 2009.

Bollaert-Delelis : bien plus qu’un stade

Bollaert-Delelis fait partie des rares stades de France qui sont plus qu’une simple enceinte sportive. Mais bien un lieu de vie, de rencontres, le point de rendez-vous de personnes qui partagent les mêmes valeurs, sans distinction sociale. Ceci a d’ailleurs été superbement mis en images dans une scène du film Bienvenue chez les Ch’tis en 2008, filmée durant la mi-temps du match opposant le RC Lens et l’OGC Nice. On peut y voir tout un peuple reprendre Les Corons, véritable hymne à l’esprit de la région, et hommage aux générations passées.

Bollaert-Delelis est la caisse de résonance parfaite du cœur des Sang et Or.